Le cinéphile tranquille | Je me souviens - Le cinéphile tranquille
Mode
Plein Ecran

Je me souviens

 

Je me souviens que lorsque j’étais enfant les cinémas permanents existaient encore.
Il n’y avait pas de séance à proprement dites comme aujourd’hui. On achetait son billet et on entrait dans la salle. Et tant pis si le film avait commencé depuis 5, 10, 15 minutes, voire même si on arrivait pour la fin.
Il suffisait d’attendre la nouvelle séance -Bande annonce, réclames- qui précédait une nouvelle diffusion du film. On pouvait, il me semble, rester dans la salle pour voir le film plusieurs fois d’affilé.

C’est comme ca que je suis aller voir le dernier empereur de Bertolluci. Avec ma mère et ma tante.
Nous sommes rentrés après le premier quart d’heure. Et je n’ai rien compris. Bien sur j’avais 10 ans. Mais surtout nous étions arrivé après le début du premier flash-back (le film est raconté du temps présent vers le temps passé et il est donc un long flash-back). Deux heures après, je ne comprenais toujours pas qui était ce vieux jardinier qui, de temps en temps, parlait de l’empereur.
Ma mère et ma tante non plus.
Résultat, nous sommes restés pour voir le début de la séance suivante. Pour comprendre ce qui nous avait échappé. Puis, quand les images nous ont semblé familières, nous sommes partis.

Et on critique la génération internet…

Il me semble qu’aux États-Unis, c’est Hitchcock qui a initié la fin des cinémas permanents en demandant aux cinémas d’interdire l’entrée aux spectateurs qui avaient plus de 5 minutes de retard. C’était pour Psychose. Ce qui est étonnant, non?

Leave a Comment