Le cinéphile tranquille | Je salue si je veux. Et pas que Marie.Run The World (Girls) - Le cinéphile tranquille
Mode
Plein Ecran
23 juin 2011

Je salue si je veux. Et pas que Marie.
Run The World (Girls)

 

Ah Beyoncé! Je l’adore. La fille qui se veut sexy, indépendante et dont l’imagerie des clips -et des paroles- se concentre très souvent sur la bijouterie et la norme sociale. Souvenez vous du superbe « Cause if you liked it then you should have put a ring on it » Oui bon c’est facile de taper sur Beyoncé.
Et d’ailleurs je ne me serais jamais épanché si je n’avais pas découvert son nouveau morceau qui défile depuis quelques semaines sur nos écrans. Avec un titre mes aïeux, Run the world (Girls).
Ca y est Beyoncé a découvert le Girl Power et entend bien nous le faire savoir.

Musicalement, je n’en pense pas grand chose. C’est du 4′ bien foutu. Et sur ce point, je pense que mon avis n’intéresse pas grand monde. Les paroles, bon ca tourne beaucoup autour de « Girls, we run this motha » et « Who run the world? Girls ! »[1]
Voilà voilà!!! En quoi cela est il intéressant?

Et bien le clip qui va avec cette chanson vaut son pesant de cacahuète.
Beyoncé dirige un groupe de femme qui contestent, s’affirment devant un parterre de mâle bien armé, casqué. Pour les empêcher de se rebeller. les mater quoi!
Parce qu’elle est énervée Beyoncé. Elle dit bon que la domination des hommes sur les femmes c’est pas chouette et que c’est nous les filles -ouais- qui dirigeons le monde. Et surtout c’est trop bien comment on danse et qu’on est fringuée. Et en harmonie chromatique s’il vous plait. Parce que la grâce, bordel de merde, c’est les femmes qui l’apportent dans ce monde de brute. Who run the world? Girl!

Le réalisateur qui a du voir deux trois films de propagande ou des reportages Tv sur des manifestants à bien compris que si les filles revendiquent, il leur faut plein de drapeaux. Rouge s’il vous plait. Le chorégraphe qui a du voir les films et les reportages TV avec le réal, se dit que ouais biens sûr si elles sont en lutte -non je suis sûr qu’il n’a pas employé ce mot vulgaire- elles doivent avoir le poing levé. Ouais Bro comma Angela Davis. Et que ca serait super de les voir faire des mouvements synchronisés ensemble. Ca fait foule. Oh Ouais répond le réal qui a du voir un ou deux extrait d’un Leni Riefensthal dans Orange Mécanique, et qui donc maintenant sait comment filmer. Bon y’aura pas trop de plongé. Question de moyen. Même si on est à Hollywood.
D’ailleurs les musicos ont mis des bruits de tambour pour amplifier ce mouvement de fond qui va tout bouleverser.
Bon, il y aussi des poses à la Shagass, Parceque papa Knowles qui regarde un peu les chiffres sait que bon les mecs y aiment bien voir comment il beau le derrière de Beyoncé. Mais ce sera soft. On n’est pas dans Déja vu et on va pas faire le coup de langue de crazy in love.[2]

Bref on a compris. c’est la révolution, la guerre. Les filles, elles vont rien lâcher. D’ailleurs les mecs -les caïds aussi bien que les CRS américains- ils font pas les fiers. Yo! Ce chamarré de couleurs et belles jambes ça vous bride les envies de répressions.
D’ailleurs quand les filles avancent, les mecs reculent. Ca y est ils comprennent. Les filles vont gagner. Le réalisateur intelligemment pose sa caméra en gros plan sur Beyoncé après les mouvements des soldats. Comme ça, on comprend bien que les gars sont interpellés directement. Avec deux, trois « breast popping » pour bien leur faire entrer dans le crâne. Who run the world? Girls !
C’est bientôt la fin, les gars sont abasourdis. Beyoncé s’approche d’un des hommes, qui doit être le chef -tiens il est black. La révolution serait elle communautaire?Segmentée alors?-lui arrache un truc qui ressemble vaguement à une insigne de loi.
Là c’est clair, le pouvoir, elles le prennent. Les hommes n’ont rien compris.

Clap de fin me direz vous sur ces belles images?

Et ben non!
Un grand silence, Beyoncé en gros plan reprend son souffle -tiens ca fait pas penser à un Post Coïtum ca. Et puis d’un coup comme une seule femme-oui le français a été vaincu, Beyoncé et ses copines se mettent au garde à vous. Avec bruit des claquements de bottes. Avec un petit plan de 3/4 avec 2 rangés de Robocops en amorce.
Et là les bras m’en tombe. Si on peut ergoter sur deux personnes qui se saluent pour savoir qui est le supérieur, qui est le subordonné. Puisque à travers le salut, deux soldats se reconnaissent de la même famille, de la même armée. Mais là les bottes des filles claquent comme un bataillon de troufions face à leur général ou pire leur sergent.
Alors c’est ca la révolution de Beyoncé? Se mettre au ordre d’un mec qui t’a fait un peu transpirer (et encore elle a fait tout le travail).

La classe les gars. Les filles étaient devant la caméra. Mais derrière, il y avait à coup sur des garçons.
Who run the world? Devine?

 

Notes

[1] Les paroles pour les plus curieux c’est ici

[2] Clip qui est par ailleurs une pure bombe.

Pour les plus curieux c'est par là...

Un commentaire

  1. |
    |
    Reply

    So because he holds an opinion you do#18n2&7;t agree with, he has no rights to express that opinion and can be silenced for it. You only like rights for those who agree with you?

Leave a Comment