Le cinéphile tranquille | Souvenirs, souvenirs Archives - Le cinéphile tranquille
Mode
Plein Ecran

Souvenirs, souvenirs

Petit retour en arrière sur des films qui ont nourri mon imaginaire. Rétrospectivement à tort ou à raison.
Une façon de relativiser ses joies, son opinion, ses amours et ses désamours. Essayer aussi de comprendre comment son propre imaginaire peut se construire.

Un silence assourdissant.
2001, l’odyssée de l’espace (Stanley Kubrick, 1968)

Les films qui changent véritablement votre vie sont rares. Pour ma part tout c'est joué en 16 secondes. Sur 2001, odyssée de l'espace (Stanley Kubrick, 1968)
2 avril 2012
 / 

Tout condamné à mort aura la tête tranchée.
Les 12 salopards (Robert Aldrich, 1967)

Un début de film tronqué de quelques secondes suffit à faire d'un criminel condamné à mort uniquement un condamné à mort. Surtout quand on le voit des dizaines et des dizaines de fois. Sur Les 12 salopards (Robert Aldrich, 1967)
 
4 novembre 2011
 / 

Je me souviens

Je me souviens que lorsque j'étais enfant les cinémas permanents existaient encore. Il n'y avait pas de séance à proprement dites comme aujourd'hui. On achetait son billet et on entrait dans la salle. Et tant pis si le film avait commencé depuis 5, 10, 15 minutes, voire même si on arrivé pour la fin.

Un peu plus près des étoiles.
L’étoffe des héros (Philip Kaufman, 1983)

Sans doute mon plus beau souvenir d'enfance de cinéma pour inaugurer cette catégorie très personnelle. Sur l'étoffe des héros (Philip Kaufman, 1983)