Le cinéphile tranquille | Le coin des classiques - Le cinéphile tranquille
Mode
Plein Ecran
Le coin des classiques

Ces films qu’on a du voir, qu’on aurait du voir il y a bien longtemps.
Ces films que l’on découvre ou redécouvre par envie quelque fois, par nécessité rarement, mais très souvent par culpabilité.
Ces films sur lesquels tout a été dit. Mille fois, au moins. Si bien, si « définitivement ». Ces films sur lequel on ne peut donc rien dire de bien intéressant.
Mais que si, en fait.

Le cinéphile tranquille

Un silence assourdissant.
2001, l’odyssée de l’espace (Stanley Kubrick, 1968)

Les films qui changent véritablement votre vie sont rares. Pour ma part tout c'est joué en 16 secondes. Sur 2001, odyssée de l'espace (Stanley Kubrick, 1968)

Tout est possible…mais pour le pire.
Missing (Costa-Gavras, 1982)

Ou comment au détour d'une séquence, un cinéaste a peut être capté l'essence même d'une dictature. Sur Missing (Costa-Gavras, 1982)

Il suffirait de presque rien…
Les hommes du Président (Alan J Pakula, 1976)

Dans la vie, un petit détail peut avoir de grosses, très grosses conséquences. Demandez à Nixon. Sur Les hommes du Président (Alan J Pakula, 1976)
8 décembre 2009
 / 

De l’importance de la fumée à l’arrière plan.
La porte du Paradis (Michael Cimino, 1980)

Comment ce qui était évident autrefois, devenu exceptionnel aujourd’hui apporte une nouvelle dimension à tout ces films -d’autrefois évidemment. Je vous jure c’est simple. Sur La porte du Paradis (Michael Cimino, 1980)